RADIO – Ce qui sera en jeu lors du procès de l’accident de Quentin

Interview d’Eric Louis, (animateur de l’association Cordistes en colère, Cordistes solidaires) au sujet du procès d’un accident du travail d’un cordiste, Quentin, décédé le 21 juin 2017, sur le site de Bazancourt de l’entreprise Cristanol (groupe Cristal Union).
Ce procès doit se tenir vendredi 4 octobre à 9h au TGI de Reims.

ÉGRÉGORE– Émission hebdomadaire sur Radio Primitive – Reims

 

ALÈS – Chroniques sur cordes et accident de travail

Samedi 27 juillet à 19h
Présentation des livres d’Éric Louis
Soirée à l’occasion de la sortie de son dernier livre Chronique sur cordes

À travers ses livres, Éric, cordiste intérimaire, raconte son travail d’ouvrier précarisé. Silos d’une multinationale du sucre, fours d’incinérateur de déchets, cheminées d’usine, ou encore travaux du bâtiment… Si les chantiers sont variés, les conditions de travail restent globalement les mêmes. En échange d’un Smic amélioré, les entreprises font trimer les intérimaires sans se soucier de leur état de fatigue. Suspendus à des dizaines de mètres de hauteur, les conditions de sécurité sont souvent réduites au minimum et toute prime de risque, inexistante. Continue reading « ALÈS – Chroniques sur cordes et accident de travail »

ATTENTION – 05/04 – REPORT du procès de l’accident de Quentin !


Information de dernière minute.

Vendredi 5 avril 2019 devait avoir lieu le procès de l’accident qui a coûté la vie à Quentin Zaraoui-Bruat, 3ème cordiste décédé dans un silo de l’usine de Bazancourt.

CETTE AUDIENCE EST FINALEMENT REPORTÉE
au 4 OCTOBRE 2019 dès 9h
au TGI de REIMS
.

 

La réunion de l’association Cordistes en colère, cordistes solidaires prévue le samedi 6 et le dimanche 7 avril à Rilly la Montagne est elle aussi annulée. Elle sera reprogrammé au moment de la nouvelle audience.

D’ici-là, prenons des forces, et soyons encore plus nombreux et  déterminés le 4 octobre!


 

Cristal Union fait appel de sa condamnation!

Cristal Union a fait appel de la sanction qui l’a frappé à l’issue du procès du 11 janvier.

Bafouant la mémoire d’Arthur et Vincent morts dans leur silo.
Piétinant la douleur de leurs proches.
Méprisant le traumatisme de Frédéric, rescapé in-extremis de ce drame, qui a vu ses deux jeunes collègues ensevelis sous ses yeux.
Annonçant leur mépris à l’égard de Quentin, décédé lui aussi pour leurs 2,5 milliards de chiffre d’affaire.
On lâchera rien….