OUTILS DE LUTTE – Fiche de mise à disposition par le salarié d’EPI « cordiste »


Tous les jours, une large majorité de cordistes intérimaires bossent sur chantier avec leurs EPI perso. Certains tiennent bon en refusant toutes les missions sans EPI fournis par l’employeur, mais galèrent à trouver du job.
À force d’exiger le respect du Code du travail sur cette fameuse fourniture des EPI, on entend de-ci de-là des retours de quelques entreprises qui commencent à s’équiper en kit pour leurs intérimaires.
En parallèle, des exemples commencent à arriver de collègues ayant obtenu gain de cause en poursuivant leur employeurs aux prud’hommes.

► Lire le récit de Jules contre CAMUSAT
► Lire le récit d’Alex contre EXTREM

Pour continuer à battre le fer pendant qu’il est chaud, nous proposons quelques petits moyens de pression supplémentaires. Si EU et ETT veulent continuer à nous faire bosser avec nos EPI perso, elles doivent assumer et ces situations doivent être actés sur papier.

Et comme les écrits sont les meilleures preuves devant un tribunal, autant anticiper et mettre toutes les billes de notre côté.

Voici donc deux propositions :

1/ FAIRE INSCRIRE SUR LE CONTRAT DE TRAVAIL « EPI fournis par l’intérimaire ». Certaines ETT le font déjà (voir un exemple ici). Ayons le réflexe de demander à faire modifier la mention « EPI fournis par l’EU » lorsque ce n’est pas le cas !

2/ FAIRE SIGNER UNE FICHE DE MISE À DISPOSITION D’EPI
Aucune raison que l’on use notre matos perso sans faire signer une fiche de mise à disposition à l’employeur. Les EU qui font bien leur job, nous font signer de tels documents lorsqu’elles nous remettent un kit EPI pour le temps de la mission.

Ainsi, nous vous proposons ce formulaire de mise à disposition :

Télécharger le FORMULAIRE

Il est à imprimer, à remplir et à faire signer à l’EU lorsque, une fois sur chantier, on nous demande d’utiliser nos EPI perso. Même si le responsable de l’EU refuse de signer, présentez-lui le document et inscrivez « Refuse de signer » en lieu et place de sa signature. Ça acte tout de même la situation et en cas de procès, l’EU devra de son côté prouver qu’elle vous a mis à disposition un kit si c’est ce qu’elle souhaite faire valoir.

Et puis à minima, le simple fait de leur mettre sous le nez sera déjà un petit coup de pression en plus.

 

On lâche rien et continue d’avancer pour faire reculer ces pratiques illégales et d’un autre temps !

Pas à pas, tous ensemble, nous inverserons la situation.
.
.


Aussi, À DÉFAUT d’EPI fournis par l’employeur, n’oublions pas de continuer à réclamer le paiement d’une indemnité de fourniture d’EPI .

Infos indemnités EPI

.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *