LILLE – discussion et rencontre cordistes (samedi 7 décembre)

AU PROGRAMME de la journée Lilloise:

19h30 – 21hÉMISSION RADIO à écouter sur 89.7 FM
Radio Boomerang, dans l’émission Lé(s )Muriens Du Son
https://www.facebook.com/L%C3%A9sMuriensDuSon-386395874734763/ 

14h30 – PRÉSENTATION de l’asso, du bouquin
au bar les Sarrazins, 52/54 rue des sarrazins, LILLE (http://les-sarrazins.org/)
Évènement facebook

_______________________________________
DISCUSSION – RENCONTRE
autour de l’association Cordistes en colère, cordistes solidaires
et du livre Chroniques sur cordes d’Éric LOUIS

Un après-midi pour présenter un livre, discuter conditions travail et pourquoi pas créer un truc ?…

À travers ses livres, Éric, cordiste intérimaire, raconte son travail d’ouvrier précarisé. Silos d’une multinationale du sucre, fours d’incinérateur de déchets, cheminées d’usine, ou encore travaux du bâtiment… Si les chantiers sont variés, les conditions de travail restent globalement les mêmes. En échange d’un Smic amélioré, les entreprises font trimer les intérimaires sans se soucier de leur état de fatigue. Suspendus à des dizaines de mètres de hauteur, les conditions de sécurité sont souvent réduites au minimum et toute prime de risque, inexistante.

Pourtant, si les contrats de travail indiquent que les boulots de cordiste ne sont pas à risque, les accidents, eux, sont bien là, et toujours bien trop nombreux. En juin 2017, alors que sa journée de travail est sur le point de s’achever, Quentin meurt enseveli sous les tonnes de céréales d’un silo industriel. Éric devait prendre sa relève de l’après-midi. En douze ans, ce sont plus de 20 cordistes qui ont laissé leur vie au travail. Combien de mutilés ? Et, plus largement, combien de travailleurs aux vies brisées par le monde du travail ?

Ouvrier, fils d’ouvrier, petit-fils d’ouvriers, Éric Louis est un adepte et un ardent défenseur du travail. Du travail libre, s’entend. Mais il conchie « l’emploi », inépuisable source d’exploitation, de soumission, de frustration. Et de mort.

Témoignages bruts de la réalité de l’emploi prolétaire, ses récits font marrer aux éclats, font monter les larmes, et enfin finissent en nous filant la niaque. Pour aller de l’avant, vers du collectif, de la solidarité, de la lutte…

Organisé par l’association cordistes en colère, cordistes solidaires

https://cordistesencolere.noblogs.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *