RÉACTIONS à CHAUD – devant l’usine Cristanol

L’audience du 4 octobre 2019 au TGI de Reims devait permettre de juger les responsabilités dans l’accident de travail qui, le 21 juin 2017, coûta la vie à Quentin Zaraoui-Bruat, un jeune cordiste de 21 ans.

Lors de cette audience, seule l’entreprise de Travaux en Hauteur (ETH) a été jugée. Le parquet de Reims ayant blanchi par avance la société CRISTANOL, celle-ci n’aura pas eu à comparaître.

Pour les familles et collègues cordistes, cette audience laisse un goût amer.
Un sentiment de parodie de justice.
Un goût de justice de classe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *