JÉRÔME – Un cordiste en activité décède après une chute de plus de 300 mètres

Jérôme AUBERT, un collègue cordiste, a perdu la vie au travail ce mercredi.
Dans cette terrible épreuve, toutes nos pensées et notre soutien vont à sa famille, à ses collègues, à ses proches.

Article paru dans le Dauphiné Libéré, le 27/11/2022

Ce mercredi 26 octobre, un cordiste de 40 ans a trouvé la mort sur la commune de Queige, alors qu’il était en intervention pour effectuer des travaux de purge rocheuse.

Alors que trois cordistes de la société iséroise Hydrokarst effectuaient des travaux de purge rocheuse sur une falaise située à 1 300 m d’altitude, en amont du ruisseau du Nant Bruyant, pour préparer une quatrième prise d’eau de captation pour alimenter la microcentrale des communes de Queige et Villard-sur-Doron, un des intervenants a fait une chute mortelle suite à un dérochement.

Une intervention nécessaire pour connecter une 4e prise d’eau

« Il y a deux ans, nous avions inauguré notre microcentrale hydraulique, gérée par la société SUMATEL. Alimentée par trois prises d’eau, la société Hydrokarst a été sollicitée pour effectuer les travaux préparatoires de la 4e prise d’eau, située au ruisseau du Nant Bruyant », déclare Édouard Meunier, maire de Queige. Ce projet de microcentrale alimente en électricité plus de 4 500 habitants du Beaufortain.

Le maire se dit « profondément attristé par le dramatique accident qui s’est déroulé sur ce chantier préparatoire », ce 26 octobre aux alentours de 15 h.

Il précise que la société Hydrokarst est spécialisée dans ce genre de travaux risqués et complexes, mais aussi qu’elle est l’une des meilleures. L’ouvrier a trouvé la mort vraisemblablement suite à un dérochement conséquent. « Les trois cordistes étaient arrimés à la falaise à distance séparée. Mais visiblement, des dizaines de mètre cube de roche se sont détachées de la paroi sur laquelle un des cordistes était sécurisé. Ses collègues très choqués l’ont vu chuter de plusieurs mètres, il est mort sur le coup », raconte le maire. D’ailleurs, c’est la CRS de Modane qui a été mobilisée en urgence, mais qui n’a pu que constater le décès.

Une enquête ouverte en cosaisine

« À ce jour, une enquête est ouverte en cosaisine entre la CRS Alpes et l’inspection du travail, car même s’il est fortement probable que l’accident ait été causé par un dérochement, l’homme a fait une chute conséquente de plus de 300 mètres et nous devons définir les vraies causes et circonstances du drame », déclare Anne Gaches, Procureure d’Albertville.

Alerte accident du travail : encore un mort chez Cristal Union

Article paru sur le Blog Médiapart d’Éric LOUIS, le 24/10/2022

 

Ce mercredi 19 octobre 2022, une nouvelle fois, un ouvrier a été victime d’un très grave accident du travail dans la sucrerie d’Erstein, dans le Bas Rhin. Une fois de plus, Cristal Union, fabricant de la marque Daddy Sucre a failli à son devoir de préservation de la santé et de la sécurité d’un de ses travailleurs.

On en sait peu sur les circonstances du drame. Comme d’habitude lorsqu’il s’agit d’un accident du travail. La vie des ouvriers dans ce pays ne vaut pas grand-chose.

Quand l’accident survient pour l’un d’entre eux, il a droit à quelques lignes dans la presse régionale. Encore les informations y sont-elles floues.

LIRE LA SUITE

DIMANCHE 06/11 – Colombier (03600) – Exercices secours et présentation de secours complexes avec AFAST

Travailler sur cordes implique en toute circonstances d’être en mesure de porter secours à un collègue resté en suspension.
Sorti de formation,  rares sont les occasions de réviser et perfectionner ces techniques. Imposer du temps et des moyens pour cela serait une nécessité dans chaque entreprise. À défaut c’est aussi à nous cordistes de nous en saisir et d’en faire valoir l’importance.

C’est dans ce sens et en guise de petite contribution que, le dimanche 6 novembreAFAST (Association Flandres-Artois Secours Technique) sera présente au week-end de rencontres cordistes à Colombier (03).

Des ateliers seront mis en places pour permettre à chacune et chacun de s’exercer aux  techniques de secours simples. AFAST présentera aussi d’autres techniques de secours sur cordes plus complexes et en équipe.

Mais AFAST c’est quoi ?

AFAST, association des Haut de France, rassemble plusieurs membres qui exercent tous un métier lié à la hauteur, la plupart sont techniciens cordistes. Les autres sont élagueurs, pompiers ayant la spécialité GRIMP, ou encore formateurs au métier de technicien cordiste, mais aussi monteurs ou techniciens dans le Télécom (pylônes) ainsi que deux ou trois éléments qui pratiquent l’escalade et la montagne désireux de pousser un peu plus loin la découverte des activités du ‘’vide’’.

L’association a pour but lors de sessions d’entraînement de partager et perfectionner les aptitudes et les techniques de chacun au cours de différents scénarios de secours.

AFAST n’a pas vocation à performer de réels secours, toutefois la répétition de ces exercices a pour but d’apporter au quotidien assurance et confiance en soi, une capacité d’analyse et d’anticipation. Il est important aussi au fil des chantiers de transmettre ces retours d’expérience et cette passion afin d’optimiser l’intervention de secours le cas échéant.

Toutes les infos sur AFAST à consulter ici : https://www.facebook.com/AFAST59

𝗚𝗥𝗘𝗩𝗘𝗦 𝗘𝗧 𝗠𝗔𝗡𝗜𝗙𝗦 𝗺𝗮𝗿𝗱𝗶 𝟭𝟴 𝗼𝗰𝘁𝗼𝗯𝗿𝗲 : Qui en sera ?

Les grèves dans les raffineries tiennent le coup et même se renforcent malgré les réquisitions et campagnes de dénigrement.

Plus que ça, c’est de nombreux autres secteurs professionnels qui emboîtent le pas pour obtenir des hausses de salaires et faire obstacle aux réformes à venir sur les retraites et les conditions d’accès au chômage.

Ce mouvement est parti pour durer et laisse entrevoir des chances d’arracher enfin de vraies avancées sociales au gouvernement et au patronat.

Nous les cordistes, on est touché de la même manière : salaires qui stagnent, souvent sous les minimums conventionnels (voir le tableau ci-dessous), non-paiement des IGD comme ils doivent l’être (calendaires, frais de transport, temps de trajet, baisse du montant et durcissement des conditions d’accès au chômage).

Quand depuis trop d’années on nous inculque la fatalité, on ne s’imagine même plus qu’il soit possible de mettre un frein à ce rouleau compresseur.

Pourtant, on oubli au passage à quel point la détermination collective peut accomplir de grandes choses.

Alors, en solidarité avec les collègues en grève dans les raffineries, pour défendre le droit de grève remis en question par les réquisitions, pour des hausses de salaires généralisées et des protections sociales dignes ce nom, passons le pas de la grève, des manifs et des blocages !

On se retrouve dans les rues le 18 octobre ?
.
.
.


SALAIRES MINIMUMS – Travaux sur cordes

Des équivalences existent entre les niveaux de CQP et les grilles de salaires issues des conventions collectives du BTP.

Ces équivalences sont ridicules !
Il faut exiger de les revaloriser.

Et pour celles et ceux qui débutent, pour les plus précaires d’entre nous, il faut déjà s’en servir et les faire appliquer, car combien encore d’offre d’emploi au SMIC ou à peine plus ?

ATTENTION
En plus des compétences « cordiste » , il faut aussi négocier au regard de toutes nos compétence métier : Un couvreur-zingueur qualifié et CQP1 ne doit pas se contenter de 10,91€ en Île-de-France !!

Idem en cas de fonction d’encadrement (chef d’équipe, de chantier,…), les minimas de salaires doivent être respecter aussi selon ces critères.

.

Communiqué intersyndical d’appel à la grève pour le 18 octobre : https://www.cgt.fr/sites/default/files/2022-10/CP%20Intersyndicale%20%20-%2013%2010%202022.pdf

LE DROIT DE GRÈVE C’EST QUOI ? https://cordistesencolere.noblogs.org/coin-documentation/le-droit-de-greve-comment-ca-marche/

4, 5 et 6 novembre – ASSEMBLÉE OUVRIÈRES et OUVRIERS CORDISTES


Des places de covoiturage sont déjà disponibles au départ de :

– Valence
– Lyon
– Clermont-Ferrand
– Toulouse
– Amiens
– Périphérie de Paris

Si vous êtes intéressé pour une place,
envoyez un message au  06 14 70 89 32


AU PROGRAMME DU WEEK-END :


VENDREDI :
dès 18h – Arrivée, installation, apéro !


SAMEDI :
 ..– dès 9h – Assemblée de travailleurs cordistes
……………………(Ci-dessous, le programme des discussions)…………………………
……………..– 18h – Projection d’un film surprise
……………..– 21h – Repas
……………..– Jusqu’à pas d’heure :
………………..Big soirée « ramène ton instru et ta playlist! »


DIMANCHE :
– Discussions en groupes de travail définis la veille
……………….–  Exercices secours sur cordes
……………….+ présentation de techniques de secours complexes
……………….animé par AFAST (Association Flandres-Artois Secours Technique)
 ……………..(Toutes les infos sur ces ateliers à consulter ici)
.


LIRE la SUITE

ACCIDENT DE MICKAËL : Délibéré de la Cour d’appel de Nîmes et pourvoie en cassation de la société EIFFAGE

EXTRAIT DU JOURNAL TÉLÉVISÉ 19/20
du 17/06/2022 sur FR3 Pays-gardois

Le 14 avril 2022 à Nîmes, s’était tenu le procès en appel de l’accident qui avait coûté la vie à Mickaël BECCAVIN en mars 2018 (lire ici le rappel des faits et de la procédure).

Lire aussi le compte-rendu de l’audience du 14 avril 2022.

Jeudi 17 juin, la Cour d’appel de Nîmes a rendu son délibéré. Dans son jugement, elle confirme l’intégralité du jugement de première instance, tant dans ses dispositions pénales que civiles. Ainsi, l’entreprise EIFFAGE Construction Gard est reconnue coupable d’homicide involontaire pour « avoir eu recours à de la sous-traitance sans faire accepter le sous-traitant par le maître d’ouvrage. » Mais surtout, pour recours non justifié à des travaux sur cordes plutôt qu’à toute autre solution de protection collective (nacelle, échafaudage).

EIFFAGE est ainsi condamnée à une amende de 100 000€ et à verser des dommages et intérêts aux proches de Mickaël.

La société SUD ACROBATIC, n’ayant pas fait appel de sa condamnation initiale, n’avait quand a elle pas été rejugée. Sa peine reste inchangée : 4000 euros d’amende pour « réalisation de travaux sans remise d’un Plan particulier de sécurité et de protection de la santé » sans avoir à verser aucune indemnité aux proches de Mickaël.

————————-

DERNIÈRE MINUTE :

Comme c’était à craindre, la société EIFFAGE n’accepte toujours pas sa condamnation et s’est pourvue en cassation… Est-ce bien étonnant pour un groupe qui pèse plusieurs milliards d’euros ? Ils n’ont en tout cas rien à perdre à user tous les recours existants…

Pendant ce temps-là, les parties civiles voient leur attente et leur calvaire judiciaire prolongé d’au moins une à deux années supplémentaires… Une énorme pensée aux proches de Mickaël à qui nous apportons tout notre soutien et notre fraternité.

CAGNOTTE de soutien pour Karine

Participer à la cagnotte 

 



Tout part d’un appel poignant sur Facebook.

Cet appel poignant, c’est Karine qui le lance.
Un post Facebook en guise de bouteille à la mer.
« A ce moment-là, j’avais l’impression d’être seule sur un petit radeau, perdue au milieu de l’océan ».
L’image est juste. Un océan de solitude, d’abandon, de démarches administratives.
Néanmoins, du fond de son désarroi, Karine a le bon réflexe : se tourner vers les autres. Pour mille qui passent indifférents, un visage quelquefois se tourne.
Les réseaux sociaux ne sont pas qu’un déversoir de haine et de connerie. De temps en temps surnage ce genre de message. Il faut savoir en capter la lumière. En déceler la détresse. En apprécier les mots simples et directs, livrés sans auto-apitoiement.
Le témoignage de Karine met en relief la brutalité de la société. Son indifférence aux malheurs qu’elle engendre elle-même.
Mais la solidarité est passée par là. En retour, Karine a reçu de nombreux messages de soutien, d’encouragement. « Le jour où j’ai envoyé ce post, je me sentais très seule et désespérée et j’ai envoyé ce petit mot, vraiment comme une bouteille à la mer. Très vite, j’ai été surprise par le nombre de réactions et de réponses… »
D’anciens collègues et amis se sont manifestés. « Au passage, ça m’a permis de retrouver le contact avec deux amis, Sophie et aussi Pascal, avec qui je n’avais pas parlé depuis longtemps… Ce qui m’a fait beaucoup de bien aussi. »
Une bouffée d’air pour elle.
« J’étais vraiment loin d’imaginer tout ça, lorsque j’ai envoyé ma bouteille à la mer! Aujourd’hui, je me sens moins seule et je retrouve de l’espoir. »
Aujourd’hui elle n’est plus seule, c’est vrai.
« Et puis j’ai contacté l’association Cordistes en colère, cordistes solidaires. Et là, à ma grande surprise, j’ai trouvé des personnes, qui ont vraiment été à l’écoute. Il m’ont immédiatement apporté une aide précieuse et vont m’accompagner et me conseiller dans mes démarches. » LIRE LA SUITE

VIDÉO – TABLE RONDE du championnat de France cordistes – Lyon – 2022

Le 20 mai 2022, se tenait à Lyon une table ronde dans le cadre des championnats de France cordistes organisés par le principal syndicat patronal de la profession (France Travaux sur cordes).

L’association Cordistes en colère, cordistes solidaires qui n’était pas autorisée à y tenir un stand, était présente à cette table ronde. Présente avec des cordistes. Mais présente aussi avec des proches de collègues décédés au travail. Parmi elles, Martine Brugière, avait fait le choix de prendre la parole pour interpeller le syndicat patronal sur les conditions et manquements qui ont mené, en 2018, à la mort de son fils Régis Brugière de Barante.

Pour garder une trace de cette intervention, l’association avait demandé à un collègue vidéaste de venir saisir l’instant. Interdit de filmer par le syndicat patronal (qui n’autorisait que son vidéaste officiel à prendre des images), c’est avec un téléphone portable que l’intervention de Martine a finalement réussi à être filmée.

En voici donc les images, suivies de quelques-unes des interventions qui ont suivi.

.

Pour aller plus loin, lire aussi l’article d’Éric Louis, « Des prolos au championnat des patrons » , paru sur son blog Médiapart :

.

————————

* Merci aux camarades qui se reconnaîtront pour le gros travail de montage et de retranscription.

CODE APE 4399F – Travaux sur cordes : Demande envoyée à l’INSEE

La demande de création d’un code APE/NAF propre aux travaux sur cordes vient d’être adressé à l’INSEE. Cette demande est portée par deux organisations de salariés (l’association Cordistes en colère, cordistes solidaires et le syndicat Solidarité cordistes) et deux organisations d’employeurs (le SETAD Rhône-Alpes Auvergne et la CAPEB Grand Paris).
En dernière minute, le SIM (Syndicat Interprofessionnel de la Montagne) s’est aussi joint à la demande.

Actuellement, 55% des entreprises exerçant dans les travaux sur cordes sont enregistrées sous le code 4399D – Autres travaux spécialisés de la construction. Au total, ce sont près de 80% des entreprises qui relèvent des différents codes de la section F – Construction.
Cette nouvelle classification permettrait de rassembler ces 80% d’entreprises, qu’elles exercent dans le bâtiment ou les travaux publics.

Un tel code permettra :

● une connaissance des causes principales exposant les travailleurs cordistes aux accidents du travail ;
● la possibilité d’entreprendre des actions de prévention ciblées ;
● la reconnaissance institutionnelle de notre activité comme une profession en tant que telle ;
● une vision réelle sur l’évolution des indicateurs économiques de l’activité des travaux sur cordes (chiffre d’affaires global, nombre de salariés, nombre d’entreprises, répartition dans les différents secteurs d’activité…).

.
.
Ci-dessous le formulaire de demande et le dossier technique l’accompagnant :

 

 

Et les courriers adressés à l’INSEE par les différentes parties présentant cette demande :